49 tagged articles E-Book

Au c½ur du danger, B. J. Daniels 23/07/2013

Au c½ur du danger, B. J. Daniels


Au c½ur du danger, B. J. Daniels

Titre : Au c½ur du danger 
Auteur : B. J. Daniels 
Genre : Policier, Romance 
Nombre de pages : 210 
Éditions : Harlequin 
Année : 2011 
Prix : Gratuit en e-book 


Au c½ur du danger, B. J. Daniels

Qui cherche à lui faire peur ? L'angoissante question ne cesse de hanter Dana depuis qu'elle a reçu des menaces de mort, après la découverte d'ossements sur sa propriété... Des ossements humains, cachés depuis 20 ans au fond d'un puits abandonné. Terrifiée, et persuadée que ses ennemis rôdent et l'observent dans l'ombre, elle se résout à demander l'aide de la police locale. Mais quelle n'est pas sa surprise quand le nouveau shérif arrive chez elle ! Car il n'est autre que Hud Savage, son ex-fiancé. L'homme qu'elle a passionnément aimé cinq ans plus tôt avant qu'il ne la trahisse de la pire des manières. Celui à qui elle s'est juré de ne plus jamais faire confiance...


Au c½ur du danger, B. J. Daniels

______C'est le tout premier e-book que je lis (je ne suis pas friande de ce format, rien ne détrônant le bon vieux livre papier d'après moi), et c'est par un total hasard que je suis tombée dessus. J'ai déjà lu quelques livres de cette édition, dans anciens plutôt, et je sais que c'est souvent divertissant, même si pas très folichon non plus. Je me promenais sur le magasin d'e-book de mon téléphone, un soir où je n'arrivais pas à m'endormir, et je suis tombée sur le résumé de ce livre, et comme il était gratuit, je me suis lancée. Je l'ai lu rapidement au final, mais espacé sur plusieurs soirées, juste avant de m'endormir. Je ne le lisais pas longtemps à chaque fois, car mes yeux fatiguent bien plus sur un petit écran de téléphone ! Mais j'ai passé un bon moment en compagnie de Dana. Je reconnais que le fait que ce soit un roman policier m'a beaucoup influencée, et je suis heureuse que la partie romance ne soit pas trop niaise et trop imposante.


______Nous suivons donc la vie de Dana, qui s'occupe d'un ranch qu'elle aime énormément mais qu'elle est en train d'essayer de vendre. Un jour, des ossements sont découverts dans un vieux puits de son domaine, et c'est alors que tout s'enchaîne. C'est le jour de son anniversaire, et cela va de mauvaises surprises en mauvaises surprises : les ossements sont récents de 20 ans, et non de bien plus comme elle l'aurait espéré, et elle est donc susceptible de connaître la victime ; son ancien fiancé, Hudson (appelé Hud, ce qui m'a fait rire à chaque fois car dans ma tête, ne me demandez pas pourquoi, j'entends Valérie Lemercier prononcer « Hub » d'un ton snob, comme elle le fait dans les Visiteurs) revient et est shérif remplaçant pour s'occuper de l'enquête, ravivant de douloureux sentiments en Dana ; son frère avec lequel elle a des rapports difficile décide de revenir sur leur domaine pour régler cette affaire... Et ce n'est qu'une partie de sa journée !

______Finalement, les évènements s'enchainent rapidement, y'a de l'action et du suspens tout au long de l'histoire et c'était appréciable. On échafaude des théories au rythme des indices que l'on nous fournit, et on reste sur les fesses quand on comprend qui est le meurtrier. Les éléments de l'enquête sont bien présentés, ce n'est pas survolé pour laisser une trop grande place à la romance, et j'ai vraiment apprécié ce côté-là. J'ai beaucoup aimé le personnage de Dana, ainsi que celui de Hub, même s'ils n'étaient pas non plus si attachants que ça.

______Quelques répétitions m'ont fait tiquer à la lecture, et parfois certaines tournures de phrases étaient vraiment simplistes, mais ça ne gâche en rien l'histoire et sa lecture.


______En bref, j'ai passé un bon moment et c'était une lecture simple et agréable. Un instant détente appréciable et vraiment économique, de plus c'est assez court et donc très bien pour une lecture légère, sans prise de tête.
Au c½ur du danger, B. J. Daniels






Tags : Au coeur du danger - B.J. Daniels - Editions Harlequin - Policier - E-Book

Sanatorium, Johanna Zaïre 26/10/2013

Sanatorium, Johanna Zaïre


Sanatorium, Johanna Zaïre

Titre : Sanatorium
Auteur : Johanna Zaïre
Genre : Policier / Thriller, Surnaturel
Nombre de pages : 200 (version E-book)
Éditions : The Book Edition
Année : 2013
Prix : Livre papier : 12,50 ¤ ; E-Book : 2,50 ¤
Boutique : The Book Editions
Page Facebook officielle de l'auteure : Johanna Zaïre Officielle
Site officiel de l'auteure : Johanna Zaïre Officiel



Sanatorium, Johanna Zaïre

Le lendemain de Halloween, une jeune fille se rend dans le commissariat du village de Kingsley. Elle est exténuée et mutilée. Elle déclare que ses amis ont été tués dans un sanatorium non loin de là. Cependant, malgré les recherches, tout porte à croire que la déclaration de la jeune fille est fictive.


Sanatorium, Johanna Zaïre


[EN PARTENARIAT AVEC JOHANNA ZAÏRE]


______Tout d'abord, je tiens à remercier Johanna Zaïre pour ce partenariat. Cela m'a fait plaisir de découvrir une nouvelle auteure que je ne connaissais pas. Néanmoins, je préfère le dire tout de suite, je ressors mitigée de cette lecture. L'histoire est bien, a du sens et on y croit vraiment, mais ce sont d'autres détails qui m'ont dérangée. J'expliquerai cela plus bas.

______D'abord, parlons de la couverture de ce roman. On devine une jeune fille en tenue d'hôpital au vu de la robe blanche et de la mèche de cheveux. Que ce soit sur sa robe ou sa main, la jeune fille est tâchée de sang. Les couleurs, vives et à l'opposé l'une de l'autre, annoncent déjà un roman énigmatique et sanglant, et ça, j'aime beaucoup. Et en plus, la couverture prend tout son sens à la lecture.

______Le soir d'Halloween à Kingsley, ville du Nord de la France, cinq amis décident de se faire peur en entrant dans un sanatorium désaffecté. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu : la blague tourne au cauchemar et ils doivent faire face aux fantômes du passé. Seule l'une des filles ressort de l'endroit, prévenant ainsi la police qui va mener une enquête. Mais plus les inspecteurs creusent, et plus les éléments deviennent troublants...

______Pour ce qui est des personnages, ils sont nombreux, donc je ne vais nommer que les principaux. Nous avons donc les cinq amis : Robbie Grey, un farceur invétéré ; Kevin Brének, un garçon un peu prétentieux jouant avec le danger ; Sara Flynn, une fille réaliste mais qui préfère prendre du recul ; Ambre Daniels, la plus raisonnable du groupe qui se laisse finalement entraîner malgré sa frayeur ; et Sam Héléker, la curieuse du groupe qui a une envie folle de s'amuser. Puis viennent les inspecteurs de police : Gary Wilson et Jeff Waltz. Le premier, s'étant fait attaquer, accepte de croire aux faits surnaturels, tandis que le second, les pieds sur terre et à l'humour mordant, refuse de le croire. Ils forment une belle équipe ces deux-là, je les ai bien aimé, et c'est d'ailleurs eux que j'ai le plus apprécié, Gary en particulier. Et enfin, il y a Judith, une jeune fille autrefois patiente du sanatorium, à la fois attirante et dérangée, attendrissante et effrayante.

______Voilà pour ce qui est des personnages. Je ne peux en dire plus sur chacun car nous n'en savons pas plus (à part sur Judith, mais je ne vais pas dévoiler le c½ur de ce personnage non plus, c'est aussi grâce à elle que naît le mystère). La première chose qui m'a chiffonnée dans cette histoire, c'est que les personnages ne sont pas développés. Trop superficiels, je ne suis donc pas parvenue à m'attacher aux cinq amis, à qui pourtant il arrive des misères. De même pour les inspecteurs de police et tous les autres (à part Judith) : je les ai trouvés creux, sans profondeur, pâles et sans reflets. C'est bien dommage parce que l'histoire est bien, elle a une bonne trame. Or, sans le développement des personnages et de leur psychologie, on n'arrive pas à rentrer dedans, à s'impliquer autant que le sont sensés l'être ces personnages justement.

______Autre chose que j'ai trouvée trop effacée : les sentiments. Il n'y en a quasiment pas, alors cela a été dur pour moi de me prendre au jeu de la peur. Et pourtant, j'ai lu ce livre la veille d'Halloween et en pleine nuit, de quoi ficher les jetons quand on sait ce que le roman contient. Mais non, je n'ai pas eu peur, ni même frissonné. Dommage, parce que si les sentiments avaient été plus développés, je sais que je me serais prêtée au jeu sans même m'en rendre compte, et que j'aurais flippé aussi.

______Vous l'aurez compris, je suis rentrée dans les détails qui m'ont dérangée et qui m'ont empêchée de vraiment rentrer dans l'histoire, d'être totalement emportée. Et cela ne s'arrête pas là, malheureusement. Étant bêta-lectrice à mes heures perdues et m'arrêtant souvent sur les détails (car c'est eux qui font finalement la cohérence de l'histoire), je repère régulièrement des choses qu'un lecteur « classique » ne voit pas. Dans Sanatorium, j'ai repéré des incohérences, certes petites, mais qui, accumulées, font douter des recherches de l'auteure et de la cohérence de l'enquête policière.

______Premièrement, l'auteure nomme plusieurs fois le commissariat de police comme « la base ». Étant donné qu'il s'agit de la police et non de l'armée, j'ai trouvé cela inapproprié. Deuxièmement, les inspecteurs découvrent 2 cadavres dans le sanatorium lors de leur première visite, mais ne s'inquiètent pas, ne se posent pas de questions et décident de repartir les mains dans les poches, sans prévenir personne. Des inspecteurs qui ne sécurisent pas les lieux à la découverte de 2 cadavres, certes des squelettes, ni n'appellent de renforts ? Pour moi, ça s'appelle de l'incompétence, et je ne confierais pas une enquête à des gens qui négligent des preuves... Troisièmement, les deux inspecteurs indiquent dans leur rapport pour le Lieutenant qu'il n'y avait aucune trace de sang dans le sanatorium alors qu'ils en ont pourtant bel et bien retrouvée une sur le mur à côté de la porte qui descend vers la morgue. Quatrièmement, Rose Sand était au sanatorium en 1963 et soignait des blessés de guerre. Certes, mais est-ce ceux de la Grande Guerre, ceux de la Seconde Guerre Mondiale, ou ceux de la Guerre d'Algérie ? Car les époques étant différentes, les attaques ennemies aussi, je pense que les soins l'étaient aussi, et j'ai trouvé cette explication assez floue. Certains diront que je chipote ; d'autres que je veille aux détails faisant (ou détruisant) la cohérence de l'histoire. Cinquièmement, on nous donne certains prénoms d'enfants lorsqu'on nous présente les amis de Judith et, deux pages plus loin, il y en a d'autres, ne correspondant en rien à ceux donnés précédemment. Cela m'a perturbée : ces personnages inconnus étaient-ils vraiment des amis de Judith, amis qu'on ne voit pourtant jamais (je parle ici de Cyril et Amandine), ou est-ce une erreur de l'auteure, qui voulait mettre les prénoms des véritables amis et qui s'est trompée ? Bref, cela m'a embrouillée un certain temps, car une réplique devient bancale à cause de ça. J'ai réussi à comprendre ce que l'auteure voulait dire mais voilà quoi, c'est dommage. Sixièmement, l'histoire se passe en France mais les personnages n'ont pas des noms Français, mais plutôt à consonance Anglaise ou Allemande. J'aime bien, là n'est pas le problème, mais ça ne correspond pas à une histoire qui se passe en France. Et enfin, septièmement, et je crois que c'est la plus grosse incohérence que j'ai relevée : les cadavres ne partent pas au laboratoire, chez les scientifiques du labo, mais à l'IML (Institut Médico-Légal), chez le médecin légiste ! Ça comme erreur dans un roman policier, j'y ai trouvé vraiment gros...

______À part ça, j'ai retrouvé une ou deux fautes (rien de grave cependant), des virgules mal placées ou oubliées (et comme la ponctuation est le souffle du récit, je ne peux que conseiller à l'auteure d'y faire très attention, même si je sais qu'il est particulièrement difficile de doser les virgules), et des erreurs de concordance de temps lors de la troisième partie. Il y a une nette hésitation entre l'emploi des passés simples (passé simple & imparfait) et des passés composés (passé composés & plus-que-parfait). Cela finit par embrouiller, car on est un coup ancré dans le passé avec le personnage (« C'est pourquoi je questionnai Benjamin Teller à son propos. »), et un coup on le suit, comme s'il contait une histoire (« Je n'ai pas patienté longtemps avant que le chef de l'établissement ne fasse son apparition. »). J'ai aussi trouvé que les paragraphes de narration sont trop en bloc, qu'ils manquent d'aération par des retours à la ligne et des alinéas. Cela permet une lecture plus agréable, tout comme des incises n'auraient pas été de trop dans les dialogues. Là, il n'y en a que quelques-unes en 200 pages, j'ai trouvé cela fort peu et ça m'a bien manqué, car on aurait ainsi pu connaître le ton employé par la personne qui parle.

______Sinon, Johanna Zaïre a un style d'écriture simple mais entraînant. Malgré tous les défauts que j'ai trouvés à Sanatorium, j'ai lu le roman en seulement quelques heures. L'histoire est prenante, et donne envie de connaître le dénouement. D'ailleurs, en parlant de ça, je ne m'attendais pas du tout à cette fin-là. Je pensais à quelque chose de plus... surnaturel, comme c'était parti, quoi. Et non. Je n'ai pas été déçue par cette fin, loin de là, car j'ai été surprise. Agréablement surprise. Et quand on y repense, le soir alors qu'il fait nuit noire (et qu'on approche dangereusement d'Halloween), on se dit que c'est mieux d'avoir eu cette fin-là plutôt qu'une autre.

______En bref, un roman prenant malgré des choses à revoir, composé d'une plume très agréable, qu'il fait plaisir de lire. Des personnages qui auraient mérité d'être plus étoffés, car là, on reste bien trop en surface, les rendant bien trop lisses pour qu'on puisse s'attacher à eux. Néanmoins, l'histoire en elle-même est bien, construite, intrigante, avec une fin surprenante et inattendue, et il est intéressant de voir comment Johanna Zaïre mêle le surnaturel et le policier. De ce fait, je pense qu'il serait bon de retravailler le manuscrit, car cela en vaudrait vraiment la peine, et permettrait à l'histoire d'être cohérente de A à Z et ce dans les moindres détails.
Sanatorium, Johanna Zaïre





 

 

***


[EN PARTENARIAT AVEC JOHANNA ZAÏRE]
 

______C'est le premier Service Presse qui nous a été proposé, et je dois reconnaître que si, au début, cela m'a un peu stressée, je n'ai pas été déçue, alors je remercie également l'auteure, Johanna Zaïre, pour nous l'avoir soumis. L'angoisse est permanente dans ce récit, les hypothèses fusent dans le cerveau, donc autant vous dire que cette histoire remplit très bien son rôle de thriller.


______L'ayant lu en e-book, je n'avais pas la couverture sous les yeux mais elle est très représentative de l'histoire. La mèche blonde et la main ensanglantée trouveront signification pendant le récit, et la présence du sang est assez explicite dans le résumé lui-même. Le contraste linge blanc / tâches rouge sang donne une atmosphère angoissante à cette couverture, la rendant sombre malgré sa luminosité apparente.


______J'ai lu ce livre deux fois : la première pour ne m'occuper que de l'aspect fond de l'histoire, qui a d'ailleurs été très rapide tellement j'ai été prise dans le récit ; et une seconde pour me poser un peu et mieux l'analyser.

______La première lecture a été très agréable. En fait, j'ai été emportée par les différents récits, par les explications obtenues par les enquêteurs et par les actions en elles-mêmes, leur suspens et l'angoisse que certains passages ont entraîné chez moi. J'ai été très surprise par le thème de l'histoire, ça m'a tétanisée et je ne savais qu'une seule chose : il fallait que je continue ma lecture pour comprendre tout ça. M'arrêter était trop angoissant, et c'est pour ça que j'ai dévoré ce livre à la première lecture. J'ai relevé quelques incohérences, quelques fautes de grammaire, mais elles ont été reléguées au second plan face à l'atmosphère sombre qui se dégageait de l'histoire. J'ai été très surprise par la chute, et j'ai adoré cette fin, qui me convient parfaitement !

______La seconde lecture, plus attentive, elle, a été plus laborieuse. Elle a même été très difficile, en réalité. Comme je connaissais l'histoire et savais à quoi m'attendre, j'ai pu m'intéresser au fond et à la forme, et j'ai parfois eu beaucoup de mal à comprendre certaines phrases. En réalité, ce n'est pas le fond qui m'a perturbée : l'intrigue et les rebondissements sont bien menés, et une fois encore j'ai été prise dans l'histoire. Quelques étrangetés m'ont un peu perturbée, cependant, comme la disparition de l'un des amis de Judith. En effet, il n'apparaît pas au départ, puis le revoilà comme un cheveu sur la soupe au moment opportun. Inattention de l'auteure ou rajout à la dernière minute, en tout cas, cela reste perturbant. De plus, les dialogues en eux-mêmes étaient parfois un peu léger, m'ont fait sourire, même, car je les trouvais peu intéressants voire décalés par rapport au texte. Cependant, les très bonnes descriptions des lieux viennent contrebalancer cet effet un peu « léger ». Je regrette seulement que la psychologie des personnages n'ait pas été plus approfondie, et je pense qu'il n'aurait pas été inutile de retravailler ce point, tant pour capter l'attention du lecteur que pour attiser l'atmosphère inquiétante de l'histoire.

______Le problème de cette seconde lecture, donc, s'est plus trouvé au niveau de la forme. Et pour tout dire, ce qui m'a particulièrement gênée, ce sont les virgules. Plusieurs fois j'ai du relire les phrases pour en comprendre le sens, et parfois même en abandonnant car il était impossible de savoir ce qu'avait voulu dire l'auteure. Comme j'écris aussi, je sais que placer les virgules est une tâche réellement complexe, et j'ai moi-même du mal à le faire parfois, mais là, c'était quasiment à toutes les phrases, et ça bloque vraiment pour la lecture... Ce qui est vraiment dommage étant donné le potentiel de cette histoire et de cette auteure. Seulement, trop de virgules dans certaines phrases qui cassent le rythme, qui parfois font écarquiller les yeux car elles coupent la phrase en plein milieu, sans aucune logique, ou encore à l'inverse certaines phrases non coupées qui auraient dû l'être, eh bien tout ça ça fait beaucoup et ça pourrait déranger certains lecteurs attentifs. Je pense qu'il aurait fallu encore quelques relecture et un travail plus important sur la syntaxe pour rendre cette histoire meilleure et plus agréable.


______En résumé, une intrigue très bien menée qui nous plonge dans une atmosphère angoissante et même macabre, qui donne la chair de poule, avec de très bonnes descriptions même si le manque de précision sur les personnages nous empêche de nous attacher à eux et que la syntaxe et le rythme des phrases serait à revoir. Une bonne lecture, donc, mais qui pourrait faire sourciller des personnes trop attentives.
Sanatorium, Johanna Zaïre








Sanatorium, Johanna Zaïre

« À ce qu'on dit, lors de la mort, c'est le corps qui meurt, mais l'âme elle, est toujours attisée par notre vécu. Et pour ceux qui ont mal vécu, il est difficile de se sentir libre de partir, à cause des regrets. »


« Faut-il voir pour croire ou croire pour voir ? »



Sanatorium, Johanna Zaïre

Tags : Sanatorium - Johanna Zaïre - The Book Edition - Policier - Auto-édition - Service-Presse - E-Book

Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni 18/01/2014

Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni


Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni

Titre : Le Dernier Espoir – Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre
Auteur : Cindy Mezni
Genre : Fantastique, Romantique
Nombre de pages : Papier : 380 ; e-book : 231
Éditions : Auto-édition (Lulu.com)
Année : 2013
Prix : Livre papier : 10,69 ¤ ; E-Book : 3,05 ¤
Page Facebook officielle de la saga : Le Dernier Espor (la saga)


Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni

« Les apparences sont trompeuses... »

Au décès de Tess, la femme qui l'a élevée, Deliah Morgan croit vivre les pires instants de son existence. Le deuil est difficile et les cauchemars inexplicables qui hantent ses nuits, aussi. Mais le pire reste à venir lorsque la famille Wates fait son apparition en ville. Et avec eux, des évènements étranges et des révélations sur un monde dont Deliah n'avait jamais soupçonné l'existence. Un monde qui risque bien de lui coûter la vie...




Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni

[EN PARTENARIAT AVEC CINDY MEZNI]


______Tout d'abord, je tiens à remercier Cindy Mezni pour m'avoir fait confiance pour chroniquer son livre. J'ai découvert une auteure à la plume délicate et accrocheuse, ainsi qu'une histoire touchante. Cependant, je reconnais avoir mis pas mal de temps pour lire et chroniquer ce roman, et je m'en excuse.

______À la lecture du résumé, je me suis dit : « Chouette, c'est un livre pour moi, ça. ». J'avais raison, mais je n'imaginais pas que j'allais autant galérer à la lecture. Que personne ne prenne peur, je ne parle pas de l'histoire, mais du format du roman. En effet, j'ai lu ce livre en PDF, et ayant de plus en plus de mal à lire sur l'ordinateur, la lecture a été laborieuse (j'évoquerai le détail qui m'a chagrinée un peu plus bas). Et puis, j'ai investi dans une liseuse, et là, le bonheur ! Lire un format numérique s'est avéré agréable. Alors certes, le format PDF reste petit, mais c'est nettement plus agréable que la lecture sur ordinateur. De ce fait, j'ai enchaîné les derniers chapitres qu'il me restait en 2 soirées alors que j'ai mis 2 mois à lire le reste sur ordi. Énorme, je vous l'accorde. Tout ça à cause du format numérique, parce que sinon, l'histoire a été une bonne découverte.

______Attardons-nous tout d'abord sur la couverture : très belle, elle est bleue et met en scène une jeune fille et un corbeau. L'explication quant à l'animal se trouve dans le récit-même, et j'ai bien aimé la référence. Cela en fait une couverture intrigante et attirante.

______Quant à l'histoire... Deliah, jeune fille orpheline, vient de perdre sa très chère grand-mère : Tess. Elle en est très affectée, et doit faire face aux remarques acerbes d'Annabelle, sa s½ur, ainsi qu'à d'étranges cauchemars. Et lorsque la famille Wates arrive en ville et souhaite se lier à elle, Deliah a aussi peur qu'envie de les connaître, surtout que leur venue amène avec eux des événements que la jeune femme ne parvient pas à saisir...

______Niveau personnages, ils ne sont pas trop nombreux, ce qui permet de mieux les cerner et s'y attacher. Nous avons donc Deliah, l'héroïne, écorchée vive par la mort brutale de sa grand-mère, avec qui elle passait tout son temps. Elle est pleine de peurs et de doutes, mais se révèle courageuse lorsqu'il le faut. Ce qui m'a plu chez elle, c'est cette capacité de réflexion : elle réfléchit, se pose des questions, ne fonce pas tête baissée, se méfie, et pourtant, est capable de tomber dans des pièges malgré tout. Elle a sa petite vie, ne veut rien changer à part aller mieux, mais voilà, les événements vont choisir pour elle... Elle est entourée d'Annabelle, sa s½ur, et d'Hayden, sa meilleure amie. Alors, si Annabelle est exécrable avec Deliah, comme si elle lui cachait quelque chose et lui en voulait, Hayden, elle, se comporte en véritable amie. Confidente de Deliah, elles prennent soin l'une de l'autre, et Hayden est toujours là quand Deliah en a besoin. Hayden est la touche de légèreté du roman, je trouve.

______Ensuite, il y a les Wates : Leighton, Garreth et Travis. Leighton est souriante, avenante, joyeuse, bref, très vite amicale envers Deliah, et les deux filles deviennent rapidement amies. Garreth, lui, est d'humeur changeante : un coup il prend soin de Deliah, un coup il l'engueule et l'évite. C'est d'ailleurs ce côté lunatique qui m'a le plus plu chez lui : ses sautes d'humeur le rendent imprévisible, certes, mais ça attise le suspense du roman, et ainsi, on se pose pas mal de questions sur la suite des événements. Et Travis... il est un peu l'aimant à catastrophe. Bon, il faut dire aussi qu'il les cherche... Mais lui, je l'ai apprécié pour sa complexité. Au départ, on croit qu'il a un mauvais fond, qu'il est vraiment cinglé car c'est un dangereux manipulateur, mais une fois qu'on connait ses vraies raisons d'agir, on ne peut que le comprendre et ne plus lui en vouloir. Et ce, bien qu'il ait pris des décisions qui auraient pu coûter la vie à d'autres personnages...

______Bien que j'aie mis du temps à la lire, j'ai aimé cette histoire. Elle est prenante et intéressante ; l'auteure a inventé tout un monde bien à elle, celui des Enimae, et on voit autant son originalité que sa profondeur, car Cindy Mezni nous livre du vocabulaire Enimae, qu'elle traduit ensuite par l'intermédiaire de ses personnages. J'ai trouvé ça aussi intelligent qu'habile, car de cette façon, elle nous fait rentrer petit à petit dans ce monde qu'elle a créé, sans nous brusquer, et surtout, sans nous livrer un trop plein d'informations qu'on n'aurait pu ni retenir, ni digérer. Alors je ne vais pas en dire plus sur ce peuple étrange, si ce n'est qu'il m'a plu, principalement car le thème abordé m'intrigue beaucoup, et qu'il est original (je l'ai déjà dit, mais ce n'est pas grave lol).

______Et puis, les personnages sont aussi divers que profondément humains. Ce que je veux dire par là, c'est qu'aucun n'est parfait, ils ont chacun leurs défauts qui font qu'on les apprécie (ou qu'on les déteste). Je crois que j'ai préféré Garreth pour son côté lunatique, mais Travis m'a bien plu par sa complexité.

______Il y a deux passages du roman que j'ai particulièrement aimés : le premier, c'est lors des animations du livre. Elles sont magnifiquement décrites, ce qui fait que plus qu'imaginer, on arrive à s'y plonger, à être au c½ur de l'histoire racontée, à la place même de Deliah, qui vit l'expérience. Ça, j'ai vraiment adoré. Et le deuxième, c'est la fin, mon côté romantique ayant forcément été touché.

______Il reste quelques défauts, tels quelques fautes ou des mots manquants, mais à part ça, je n'ai pas grand-chose à redire sur le manuscrit en lui-même. Par contre, pour le format PDF, je conseille à l'auteure de faire un interligne plus large (1,5 par exemple, c'est bien pour ce genre de lectures) lorsqu'il s'agit de l'envoyer à un chroniqueur, car là, j'ai trouvé que ça manquait d'aération. Aussi, dans la même lignée, je pense que faire plus de paragraphes serait une bonne idée car ils sont trop en bloc et peuvent décourager la lecture (notamment lors des passages de réflexions de Deliah, qui sont aussi longs que tout en bloc, et mêlés à des descriptions ou de la narration qui n'ont rien à voir avec ses pensées).

______À part ça, la plume de Cindy Mezni est fluide, agréable et personnalisée (comprenez par là qu'il y a certaines touches qui nous font penser que l'auteure s'est personnellement impliquée selon les réflexions des personnages). J'ai aimé, parce qu'elle a su me transporter, me faire sourire, me faire stresser (notamment à cause de ce que Travis fait dans les derniers chapitres, car l'action est là, tout s'enchaîne, il n'y a pas de temps de pause, et l'héroïne est vraiment mise en danger).

______En bref, un roman intéressant et original, que j'ai pris plaisir à lire. Des personnages complexes qu'on apprécie suivre, un monde dépaysant qui permet de voir de nouvelles choses, et une plume fluide qui nous fait entrer dedans avec douceur et fermeté. D'ailleurs, cette dernière m'a donné envie de m'intéresser à d'autres livres de l'auteure, que je ne connaissais que de nom jusque-là.
Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni











*****

Chroniques des partenaires : Lire une passion ; Book Attitude.


Le Dernier Espoir - Tome 1 : Les Dangers de l'Ombre, Cindy Mezni

« C'était une des choses qui faisait que je détestais les petites villes. Dans tous ces endroits, les gens avaient si peu de choses à faire, si peu de distractions possibles, qu'ils s'occupaient des affaires des autres et racontaient des histoires rien que pour échapper à la routine de leur triste existence. »


« Tu sais, il y a deux catégories de secrets. Ceux qui ne peuvent être révélés et ceux qu'on ne veut pas révéler. Il y en a certains que je souhaite te confier mais que je ne peux pas te dire, et il y en a d'autres que je pourrais te dévoiler mais que je ne désire pas te confier. Celui-ci fait partie de la seconde catégorie. »


« On ne résout pas les problèmes en les fuyant. Au contraire, il faut les affronter pour les surmonter. »

Tags : Le Dernier Espoir - Cindy Mezni - Auto-édition - Fantastique - Service-Presse - E-Book

Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson 29/05/2014

Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson


Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson

Titre : Mystiques – Tome 1 : Le Septième Sens
Auteur : Kim Richardson
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 286 (ebook)
Éditions : Riverbend Press
Année : 2013
Prix : Gratuit



Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson

« Jeune orpheline de quatorze ans, Zoey St John est une adolescente ordinaire douée de facultés extraordinaires — elle peut voir des monstres. Mais lorsqu'elle fait la connaissance d'une société secrète appelée l'Agence, dont les membres partagent le don exceptionnel de voir le monde surnaturel, Zoey est transportée vers un lieu étrange, où les monstres et les humains coexistent, et où les gangs de farfadets, les fées géantes et les boules de bowling suceuses de sang peuplent le quotidien. Bientôt, un mystère éclot. Un dispositif permettant de déclencher une désastreuse invasion de monstres vient d'être dérobé. Zoey et ses amis vont tout faire pour le retrouver, mais le temps presse.»

Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson


_____C'est en me baladant sur amazon et en parcourant la liste des ebook gratuit que j'ai découvert ce petit livre... qui m'a très agréablement surprise, à un point tel que je pense bien acquérir sous peu les deux premiers tomes dans leur version papier ! Car bon, la lecture sur écran, ce n'est vraiment pas pour moi.


_____Je dois dire un mot sur la couverture, même si bien sûr c'est encore différent de si je l'avais directement entre les mains, mais elle est splendide ! J'aime beaucoup la palette de couleur, l'ambiance et le dessin... franchement, ça a suffit pour attirer mon attention, ça, en plus du résumé alléchant. Je m'attendais à de la jeunesse pure et simple, mais finalement, à certains moments en tout cas, j'ai même fermé les yeux car c'était... beurk (bon, je n'ai pas réellement fermé les yeux mais c'est l'intention qui compte).


_____Autre point bonus, on fait une entrée « in medias res » (souvenirs de littérature ^^). Autrement dit, pas besoin de chercher de l'action dans ce premier tome, il en est plein et ça commence dès la première page. Un peu brutal, comme entrée en matière, mais au moins, on sait à quoi s'attendre. Et pour le coup, ça m'a directement plongée dans l'univers de l'auteur et de Zoey, et je dois dire que j'ai vraiment apprécié. Après ça, difficile de relever les yeux, et j'étais vraiment dégoutée d'être sur la version numérique, car mes pauvres petits yeux ne supportent pas une lecture prolongée sur un écran... m'enfin, j'ai fais une exception, car à partir de 20% du livre, j'ai dévoré le reste en une matinée ^^' Certes, la lecture est plutôt courte, mais le rythme est soutenu et on fait de nombreuses découvertes, y'a pas mal d'informations à gérer en même temps et du coup c'est très prenant, on ne voit pas les pages défiler. Après ses altercations avec des monstres divers, la petite orpheline qu'est Zoey quitte sa maison d'accueil et est amenée dans une agence, où elle deviendra une apprentie agent. Elle va se faire des amis et des ennemis, bien sûr, sinon, c'est pas marrant. J'ai failli distribuer des tartes gratuites aux membres de l'administration quand ils remettent en doute les propos de Zoey, mais j'ai du me retenir pour continuer librement à suivre ses aventures.


_____Au niveau des personnages, je dois dire que je me suis attachée à beaucoup d'entre eux, même si finalement on n'en apprend pas tellement sur eux. J'ai hâte de les revoir dans un prochain tome, car le trio infernal Zoey-Tristan-Simon est très drôle et courageux, et je les aime bien, ces petits !

_____Zoey est très forte, même si elle doute beaucoup et qu'au fond, tout ce qu'elle souhaite, c'est se faire accepter et retrouver – si possible – ses parents. Étant orpheline et découvrant tout juste qu'elle n'est pas seule à voir les monstres – pardon, les mystiques – on peut comprendre ce besoin d'intégrer un groupe. Cependant, elle ne va pas remettre en cause ses valeurs et continuera à dire la vérité bien qu'on remette souvent en doute sa parole. Car après tout, c'est une Égarée, une gamine de quatorze ans, alors pourquoi dirait-elle la vérité, hein ?

_____Quant à Tristan, bien que j'aie vite compris son petit secret, je l'ai tout de suite apprécié. On sent qu'on peut lui faire confiance, et je l'ai trouvé adorable avec Zoey. Mais il est aussi très courageux et prêt à prendre des risques pour sauver ceux à qui il tient. Il est très impliqué dans sa mission d'apprenti agent, et je dois dire que j'ai plusieurs fois éprouvé de l'admiration pour lui.

_____Enfin, Simon. Ah, lui, c'est mon petit chouchou. C'est lui le petit clown du groupe, et il a toujours le mot pour rire, même face à un mystique hostile absolument pas beau (et c'est peu dire !). Bien sûr, il paraît parfois moins courageux que les deux autres, mais finalement il les suit toujours sans rien dire – ou presque.

_____Il y a aussi l'agent Barnes, qui prend Zoey sous son aile et qui va la soutenir de nombreuses fois, même si forcément il y aura aussi des moments moins sympas avec lui. En tout cas, j'espère le revoir encore dans les prochains tomes, car c'est un personnage qu'on voit trop peu à mon gout ! Certes, c'est centré sur les aventures des trois loustiques, mais quand même !


_____Quant au monde des Mystiques, je dois dire que j'en ai été sacrément étonnée, et en bien. C'est à la fois original et déjà connu mais retravaillé, et c'est très appréciable. On voit que l'univers est bien ficelé et que l'auteur sait où elle veut nous mener, et j'ai adoré suivre les aventures de Zoey et compagnie à travers les différents lieux qu'ils visitent. Et puis, chapeau à elle pour son imagination quant aux mystiques, parce que certains sont vraiment – vraiment – horriblement repoussants, tout comme d'autres semblent juste magnifiques. J'ai aimé aussi que les mondes ne soient pas tous noirs ou tous blancs : en effet, ce n'est pas les monstres mystiques d'un côté, les gentils hommes de l'autre. Non, certains mystiques sont tout à fait respectables, je pense notamment à Arya que j'adore, et certains hommes totalement abjects et assoiffés de pouvoirs. En tout cas, j'ai hâte d'être à nouveau plongée dans cet univers haut en couleur.


_____En bref, même si cela reste de la littérature jeunesse, car les personnages principaux sont des adolescents et que le thème reste soft – enfin, pas tout le temps –, c'était très intéressant. Les personnages sont attachants et on aime suivre leurs aventures qui sont riches en actions et en combats, les différents mondes sont bien traités et complets, et la plume de l'auteur est agréable et facile à suivre. De plus, ce tome de découverte est pour l'instant gratuit en ebook, alors je vous invite fortement à découvrir l'univers de Kim Richardson !
Mystiques - Tome 1 : Le Septième Sens, Kim Richardson





 

Tags : Kim Richardson - Fantastique - Jeunesse - Amitié - Riverbend Press - Mystiques - E-Book

Enclave - Les Origines, Ann Aguirre 20/05/2014

Enclave - Les Origines, Ann Aguirre


Enclave - Les Origines, Ann Aguirre

Titre : Enclave – Les Origines
Auteur : Ann Aguirre
Genre : Dystopie
Nombre de pages : 40
Éditions : Hachette (Black Moon)
Année : 2013
Prix : Gratuit


Enclave - Les Origines, Ann Aguirre

Dans le roman d'Ann Aguirre, Enclave, les humains se sont réfugiés dans des colonies souterraines. Enclave – Les Origines raconte ce qui les a menés jusque-là. C'est l'histoire d'un garçon qui influencera le destin de milliers de gens et qui offrira son c½ur à la personne qui, au fond, avait le plus besoin de lui.


Enclave - Les Origines, Ann Aguirre

______La saga Enclave m'intéresse beaucoup, et c'est avec cette courte nouvelle que j'ai décidé de la commencer. La couverture est dans la ligné des autres, à la fois sombre et intrigante.

______Cette nouvelle raconte comment les humains en sont venus à habiter sous terre, ce qui les menace en haut et qui les a longtemps menacés en profondeur. Le récit est narré par Robin, un jeune garçon de 14 ans. Il raconte ses souvenirs avant l'Enclave, puis comment ils y sont entrés, la cause, combien de temps ils y sont restés, et aussi ce qu'il s'est passé sous terre. Et nous apprenons aussi comment la première Enclave est formée...

______Dans ce petit texte, nous rencontrons pas mal de personnages secondaires, mais ce sont Robin et Austin les principaux. Austin a le même âge que Robin et les deux garçons deviennent très vite amis. Ils échangent d'abord par l'intermédiaire des interphones de leurs bunkers respectifs, et ensuite se rencontrent pour de vrai. À partir de là, ils ne se lâchent plus et partagent tout, les joies comme les peines.

______C'est une nouvelle très sympa à lire qui nous permet d'en savoir plus sur le monde d'Ann Anguirre, les origines de l'Enclave, et des premiers humains y ayant vécu. De plus, le premier chapitre du premier tome de la saga à la suite de la nouvelle est une excellente idée pour découvrir Enclave si on n'en avait pas encore l'occasion. C'est mon cas et j'ai vraiment apprécié ce petit bonus.
Enclave - Les Origines, Ann Aguirre









 
***

______Suite à la chronique de ma partenaire Karolyn, et parce que la saga me tente également, j'ai décidé de me lancer dans cette courte lecture pour découvrir l'univers et la plume d'Ann Aguirre. J'en ai été agréablement surprise, et j'ai encore plus envie qu'avant de lire cette série. D'ailleurs, j'en ai profité pour prendre le premier tome une fois ma lecture terminée !

______Nous suivons donc Robin, un jeune garçon qui va vivre « le début de la fin », comme on dit. Il est présent quand le monde se détruit, et va vivre sous terre avec sa famille afin de survivre aux catastrophes qui vont ravager l'extérieur. Après une période d'isolement, il va rencontrer Austin et son désespoir va se transformer : il va se faire un ami.

______J'ai trouvé le récit très intense et très prenant, mais bien trop court. J'aurais eu envie de découvrir plus de choses sur les personnages, mais d'un autre côté c'est aussi ce qui fait le charme de cette nouvelle : nous n'avons pas besoin de connaître Robin et Austin plus longtemps pour s'attacher à eux et vivre avec eux chacune de leurs émotions. Je reconnais même avoir versé ma petite larmichette, c'est pour dire.

______En bref, cette introduction permet de comprendre un peu mieux les origines des enclaves et de l'univers qui sera ensuite présenté dans les tomes suivants, et également de faire brièvement connaissance avec les premiers habitant de ce monde souterrain. Une chose est sûre, si je n'étais pas certaine de commencer la saga, maintenant, c'est un impératif pour moi !
Enclave - Les Origines, Ann Aguirre






Tags : Enclave - Ann Aguirre - Dystopie - Editions Hachette - Black Moon - E-Book