Lettres persanes, Montesquieu

Lettres persanes, Montesquieu


Lettres persanes, Montesquieu

Titre : Lettres persanes
Auteur : Montesquieu
Genre : Roman épistolaire ; Philosophie
Nombre de pages : 444
Éditions : Le Livre de Poche
Année : 1721
Prix : 4 ¤


Lettres persanes, Montesquieu

« Usbek, un seigneur persan intelligent et désabusé, accompagné de son jeune ami Rica, plus enthousiaste, vient à Paris afin de découvrir l'art de vivre du monde occidental. Tout les surprend et les pousse au parallèle avec leur propre monde. Peu à peu, cette société nouvelle révèle ses fondements et ses lois, mais également ses drames. L'étranger devient un observateur philosophe : « Comment peut-on être persan ? ».
Si, dès leur parution en 1721, les Lettres persanes rencontrent un succès considérable, c'est qu'au-delà du roman par lettres ce livre étrange est une chronique politique et un journal de voyage. C'est aussi un essai de morale, mais sans tristesse, et Voltaire put juger que, dans cet « ouvrage de plaisanterie », « plein de traits annoncent un esprit plus solide que son livre ». En réalité, le livre est aussi solide que l'esprit : l'écrivain accepte le monde où il vit mais refuse d'en être la dupe. »

Lettres persanes, Montesquieu

_____Cette chronique est plus un avis global sur ma lecture, car comme on les étudie en cours, je n'ai pas tellement envie de refaire tout le travail ici, surtout qu'au final, c'est toujours mieux de lire directement le livre, quand il est aussi complexe que celui-ci. Je ne suis pas très fan des philosophes de l'époque des Lumières, je sais que je tolère Voltaire et ses idées, mais par exemple Rousseau me donne envie de hurler, et Diderot légèrement également. Après, convictions personnelles, je respecte tout à fait si vous adorez leurs écrits ! Toujours est-il que je ne connaissais par très bien les travaux de Montesquieu, j'avais lu un extrait des Lettres persanes au lycée, et quelques textes de De l'Esprit des lois, mais n'y était pas revenue depuis. Eh bien, je suis contente d'avoir pu me plonger dans ses idées cette année, car finalement je me retrouve assez régulièrement en accord avec lui. Et c'est fou comme leurs idées de l'époque peuvent encore s'appliquer à merveille à la notre, et encore plus ces Lettres persanes.

_____Pour faire un bref résumé, c'est la correspondance entre deux amis persans, Rica et Usbek, qui partent voyager en Europe pour découvrir le monde occidental. À travers leurs yeux étrangers, sont passés au crible tous les sujets d'actualités, toutes les m½urs et les coutumes : la religion, le système politique, les arts et les sciences, etc. On a aussi des lettres échangées avec d'autres de leurs amis, et une trame de fond sur le sérail d'Usbek.

_____Ce que j'ai compris là-dedans, c'est que Montesquieu tente de nous donner un regard extérieur sur notre mode de vie et de pensée, afin qu'on puisse y réfléchir avec un peu plus de distance et d'objectivité. Il y fait en réalité une satire de la société occidentale, et c'est très intéressant à découvrir. Le format lettre est agréable et permet d'aérer le discours et de faire des pauses entre les sujets.


_____En bref, c'est un des « classiques » que je recommanderais, car non seulement cela dépeint bien l'époque d'alors, mais en plus les critiques réalisées pourraient aisément être retransposées à notre propre ère. De plus, la plume de Montesquieu est riche et très agréable, les pages défilent assez rapidement. À lire au moins une fois dans sa vie, je pense.


Lettres persanes, Montesquieu










Lettres persanes, Montesquieu

« Ce n'est point la multiplicité des religions qui a produit ces guerres, c'est l'esprit d'intolérance, qui animait celle qui se croyait la dominante. »

« Tu sais que, depuis l'invention de la poudre, il n'y a plus de places imprenables ; c'est-à-dire, Usbek, qu'il n'y a plus d'asile sur la terre contre l'injustice et la violence. »

« Il n'y a rien de si extravagant que de faire périr un nombre innombrable d'hommes pour tirer du fond de la terre l'or et l'argent : ces métaux d'eux-mêmes absolument inutiles, et qui ne sont des richesses que parce qu'on les a choisis pour en être les signes. »

« Les hommes [...]au lieu de s'appuyer sur la raison, ils se font des monstres qui les intimident, ou des fantômes qui les séduisent. »

Tags : Livres - Montesquieu - Philosophie - Epistolaire - Editions Le Livre de Poche - Lettres persanes

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.83.66.51) if someone makes a complaint.

Report abuse