Complètement cramé !, Gilles Legardinier

Complètement cramé !, Gilles Legardinier


Complètement cramé !, Gilles Legardinier

Titre : Complètement cramé !
Auteur : Gilles Legardinier
Genre : Humoristique
Nombre de pages : 419
Éditions : Pocket (Fleuve pour la version grand format)
Année : 2012
Prix : 7,60 ¤



Complètement cramé !, Gilles Legardinier

« Lassé de tout, Andrew Blake quitte l'Angleterre et se fait embaucher comme majordome en France, au Domaine de Beauvillier. Confronté à de surprenantes personnalités – sa patronne, Odile la cuisinière, Manon, ou encore Philippe le régisseur –, lui qui croyait en avoir fini avec l'existence va être obligé de tout recommencer... »

Complètement cramé !, Gilles Legardinier

______Fort de ma superbe et délirante expérience avec Demain j'arrête !, j'ai décidé de renouveler l'exploit avec Complètement cramé ! de Gilles Legardinier. Même si j'ai moins ri, c'était une lecture très plaisante et touchante, qui frôle le coup de c½ur.

______Tout d'abord, un mot sur la couverture. Le vert est agréable, et la tête du chat tout simplement épique. Franchement, rien que ça, cela me donne envie de dévorer le roman.

______Nous suivons donc l'histoire d'Andrew qui, du jour au lendemain, alors qu'il pense ne plus avoir de rôle à jouer dans la vie, décide de quitter sa routine anglaise pour une place de majordome en France. Il y fait la rencontre de personnages hauts en couleur : Philippe, le régisseur un peu rustre qui cache mal un c½ur tendre et généreux ; Manon, la jeune femme de chambre, son air candide et son émotivité enfantine ; Odile, la cuisinière à l'allure sévère mais très gentille et sa peur maladive des souris ; Madame, la maitresse de maison distante et désabusée ; et enfin Méphisto, le chat d'Odile, personnage mémorable et régulier sujet de conversation des protagonistes.

______Si chacun est attachant à sa façon, je reconnais avoir une préférence pour Odile. Dès le départ et l'accueil plutôt froid qu'elle réserve à Andrew, j'ai voulu en apprendre plus sur elle. On la découvre complexe, avec un grand c½ur derrière ses crises de colère. Sa solitude m'a touchée.

______ Andrew est aussi très intéressant. Je l'ai apprécié en apprenant à le connaitre, en apprivoisant ses réactions, en douceur. C'est aussi ce que j'aime dans cette histoire, cette douce sensibilité que l'auteur donne à sa plume. C'est tendre et sincère, touchant et juste

______Si dans Demain j'arrête ! c'est surtout le rire qui prend le dessus, ici c'est clairement la psychologie des personnages et la dynamique de leurs différentes relations. Cela me rappelle un peu certains livres de Marc Lévy, quand on apprend à connaitre les personnages en douceur et avec sincérité. Cela renforce mon admiration pour Gille Legardinier, et j'ai vraiment envie de découvrir encore un peu plus sa plume.

______En bref, ce livre est un hymne à la vie, et montre que rien n'est jamais fixé à l'avance, et qu'une personne peut changer beaucoup de choses.
 
Complètement cramé !, Gilles Legardinier









***

______J'ai eu le même parcours que ma partenaire pour ce livre-là, sauf que moi, je l'ai lu après Ça peut pas rater !, une autre publication de l'auteur qui est une pépite (et qu'on ne peut pas rater, c'est le cas de le dire !). En plus de cela, on me l'avait fortement conseillé (les deux qui se reconnaîtront, levez la main ! haha), donc quand je l'ai reçu en cadeau, j'ai juste sauté de joie (enfin, façon de parler étant donné qu'à l'époque, j'étais en fauteuil roulant suite à un accident... hem, bref).

______Moi non plus, je ne peux pas passer à la suite sans parler de la couverture : le fond vert avec le chat orange, ça ressort bien ; mais alors le fait que le chat soit dans une casserole et nous regarde bizarrement, ça finit de convaincre de se plonger dans le bouquin. Surtout quand on sait ce que ce mélange signifie...

______Andrew Blake, la soixantaine, Anglais, est lassé de tout. Depuis la mort de sa femme, survenue sept ans auparavant, il n'a plus goût à rien. Son boulot ne lui plaît plus, et il se renferme sur lui-même de jour en jour. Même son meilleur ami n'arrive pas à le sortir de cette spirale infernale. Alors, sur un coup de tête, il décide de s'exiler en France et de se faire embaucher en tant que Majordome au Domaine de Beauvillier. Lui qui pensait avoir tout vécu va repartir de zéro, et vivre une nouvelle vie emplie de moments à couper le souffle.

______J'ai beaucoup aimé chacun des personnages de ce roman. D'abord, Andrew. Plein d'humour et de sarcasme, il n'attendait rien de cette nouvelle vie et elle va tout lui donner : des amis, une vraie famille, et une sacrée prise de conscience concernant sa fille, avec qui il a coupé les ponts depuis la mort de sa femme. Débrouillard, très curieux, il ne satisfait pas d'une simple place de Majordome. Lui, ce qu'il veut, c'est prendre soin de tous ceux vivant au manoir Beauvillier. De ce fait, il va fourrer son nez un peu partout... et s'attirer les foudres de certains. Mais bon, comme ses intentions sont bonnes et obtiennent un bon résultat, on finit par lui pardonner...

______Nous avons ensuite Odile : cuisinière au manoir, elle a une peur panique des souris (et c'est franchement drôle), et une adoration totale pour son matou, Méphisto, le fameux chat qu'on voit sur la couverture. Au départ froide et tranchante avec Andrew, elle finit par révéler un c½ur tendre et dévoiler ses airs de maman de tout le monde. Philippe est le régisseur du manoir. Comme il accueille Andrew à coup de fusil parce qu'il a marché sur sa ciboulette en arrivant, on peut dire qu'il est un peu frappé du ciboulot. Mais ces deux-là s'entendent vite comme larrons en foire, et leurs échanges deviennent épiques. Ils m'ont fait éclater de rire plus d'une fois.

______Puis, nous faisons la connaissance de Manon, femme de ménage possédant encore son innocence et une joie de vivre communicative. Comme elle ressemble beaucoup à sa fille, Andrew la prend tout de suite sous son aile et ils vont avoir une belle relation père / fille tous les deux. Et enfin, il y a Madame de Beauvillier. Froide, distante, retranchée dans ses appartements privés, elle ne sort plus beaucoup, principalement parce qu'elle a perdu l'envie de continuer depuis la mort de son mari. Ses étranges habitudes surprennent autant Andrew que nous, mais la façon qu'a l'auteur de les analyser fait tout de même sourire, car on voit bien qu'elle se concentre sur des broutilles pour éviter de penser à ses problèmes, qui la rongent. Ce que nous faisons aussi lorsque les temps sont durs...

______Même si ce n'est pas un coup de c½ur, j'ai beaucoup aimé ce livre. Il m'a souvent fait rire, notamment à cause des piques entre Odile & Andrew (qui sont vives mais tellement drôles), et celles entre Andrew & Philippe. Ces deux-là auraient pu être comiques dans une autre vie que ça n'aurait pas été étonnant. Revenant sans cesse sur les clichés que les Français ont sur les Anglais, et vice-versa, certaines de leurs conversations perdent un peu de leur sens premier mais sont frappantes de réalité, et c'est ce qui est drôle, car on se retrouve à travers leurs réflexions. J'ai d'ailleurs adoré quand ils comparaient leurs cultures respectives.

______La plume de Gilles Legardinier est douce, fluide, et nous emporte immédiatement avec lui. Il nous parle des problèmes de ses personnages d'une manière simple mais percutante, ce qui fait qu'on se retrouve à travers chacun d'eux, chacune de leurs réflexions, chacun de leurs gestes. En plus, les chapitres courts font rendent la lecture rapide et nous font tourner les pages sans qu'on s'en rende compte.

______En bref, un livre empli d'humour et d'humanité, qui détend véritablement. Complètement cramé ! est un roman qui met en valeur les liens complexes qui unissent les Hommes les uns aux autres et qui font la beauté de leurs relations.

Complètement cramé !, Gilles Legardinier









***

Chronique des partenaires : April, the Seven ; L'Eden des Rêves.


Complètement cramé !, Gilles Legardinier

« Ce n'est pas l'intelligence qui fait la valeur d'un homme, c'est la façon dont il l'emploie. »


« - Philippe Magnier. Je suis le régisseur du domaine.
Andrew hésita et finit par la saisir.
- Andrew Blake. Désolé pour votre cigouillette.
- Ciboulette. Une herbe aromatique de la famille des liliacées. Et puis, c'est vrai que chez nous, on dit « bonsoir » à cette heure-ci. « Bonjour », ça marche jusqu'à 16 heures, enfin ça dépend des régions.
- Et après 18h30, vous dîtes bonjour avec des fusils, c'est ça ?
- Soyez pas fâché. Je vous ai dit que j'étais désolé. Et puis on n'a pas idée de regarder chez les gens comme ça.
- Au moment où j'allais frapper à la porte, j'ai entendu de la bagarre.
- Ah, ça ? C'est la télé ! Dan ne veut pas aller rendre l'argent à la police même si ça peut faire libérer James, alors Todd lui a sauté dessus.
- Je vais vous laisser, je suis certain que Bill ne va pas tarder à débarquer pour tous les arrêter.
- Vous avez déjà vu l'épisode ? »


« Certains objets ont le pouvoir d'abolir le temps, mais jamais la peine. Le réconfort qu'il vous procure se paie. Le bonheur qu'ils semblent raviver s'en va d'autant plus loin quand vous les relâchez, comme le ressac d'une vague. »


« - Je suis désolée, vraiment. Je ne voulais pas...
L'épaisse fumée qui monta soudain du journal les interrompit.
- Malédiction ! s'écria Odile en retirant le fer. Les cours de la Bourse sont en feu !
- On appelle ça la flambée monétaire.
- Rigolez. Elle va nous virer tous les deux.
- Aucun problème : regardez, les offres d'emploi sont intactes... »


« - Je ne connais pas Justin, mais je vais vous confier un secret : les hommes fonctionnent à peu près tous de manière identique. Nous avons beau paraître très différents et avoir des vies qui ne se ressemblent pas, ce sont les mêmes moteurs qui nous animent. Nous passons notre vie à gérer nos envies, au mieux nos devoirs, en fonction de nos moyens. Pour vous, les filles, c'est différent. Contrairement à nous, vous n'agissez jamais pour vous-mêmes. Votre vie n'est pas gouvernée pas ce que vous voulez ou ce que vous pouvez, mais en fonction de ceux que vous aimez. Nous faisons toujours les choses dans un but, vous les accomplissez toujours pour quelqu'un. »


« On peut être violent sans insulter. Parfois, dire ce que l'on pense correctement peut s'avérer bien plus offensif que des mots qui n'ont plus aucun sens parce que tout le monde les emploie à tort et à travers. »


« Quand on est jeune, on a peur de ce qui commence. On ne sait pas. Quand on est vieux, on a peur de ce qui risque de finir. On sait bien assez de choses mais on n'a plus l'occasion de s'en servir. »


« Les rêves te font avancer et grandissent avec toi. Ils t'élèvent. Par contre, tu dois perdre tes illusions au plus vite. Les illusions t'empêchent de voir la vie telle qu'elle est et te conduisent immanquablement à l'échec. Quand tu dis que tu as des tas de copains et que tu as la vie devant toi, crois-moi, c'est une illusion. »


« La vie attend rarement que l'on soit prêt. »


« La plus grande des loyautés exige parfois une petite trahison. »


« La mort n'arrête pas le vent, aucune grille ne retient les feuilles, la peine et les souvenirs n'interrompent pas le cours de la vie. »


« N'oublie jamais qu'un adulte n'est qu'un enfant qui a vieilli. »


« Les chemins qui conduisent à trouver notre place sont souvent surprenants. [...] Est-ce le chemin parcouru qui fait de nous ce que nous sommes, ou bien choisissons-nous notre voie en fonction de ce qui nous touche ? »


« - Avez-vous peur de la mort, monsieur Blake ?
- Je ne crois pas. Mais je déteste l'effet qu'elle a sur la vie.
Mme Beauvillier eut un petit rire.
- La mort vous a pris des gens..., dit-elle.
- Elle m'en a séparé.
- Moi, c'est la vie que je déteste. C'est elle qui m'a séparée des miens. La mort aura finalement calmé le jeu. »


« La vie lui avait appris qu'il n'y a pas de petits adversaires et que celui qui se croit plus fort est souvent celui qui perd. »


« Si des extraterrestres étaient arrivés du fond de l'univers pour étudier notre espèce, le manoir aurait été l'endroit idéal pour leur faire découvrir en une seule fois tout ce que nous pouvons être : affamés – aussi bien de nourriture que d'émotions –, souvent joueurs, parfois stupides, mais trouvant notre vraie valeur lorsque nous sommes ensemble. Même étrangers, les humains qui partagent ne font qu'un et sont superbes. »


Tags : Gilles Legardinier - Livres - Pocket - Humour - Complètement cramé ! - Fleuve Editions

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.83.66.51) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Pierre-de-Lune

    17/03/2015

    Ce sont de très belles chroniques les filles, et vous avez raison, les couvertures sont à mourir de rire. Comme toi, Céline, j'ai préféré "Demain j'arrête", mais ça n'en reste pas moins un excellent livre !

Report abuse