La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett


La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

Titre : La Couleur des sentiments
Auteur : Kathryn Stockett
Genre : Roman contemporain
Nombre de pages : 609
Éditions : Babel
Année : 2009
Prix : 9,70 ¤



La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

« Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noirs qui font le ménage, la cuisine et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Peut-être devra-t-elle s'exiler dans un autre état, comme Constantine, qu'on n'a plus revue depuis que les Phelan l'ont congédiée. Mais Skeeter Phelan, de retour à Jackson au terme de ses études, va chercher à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.»




La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett
La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

            C'est d'abord le film qui m'a donné envie de découvrir le livre. En effet, à sa sortie en salles, j'ai été le voir et j'ai été totalement conquise par ces trois femmes que sont Skeeter, Minny et Aibileen. Elles ont toutes les trois leur propre caractère, fort à leur façon, et je dois dire que c'est ce qui m'a convaincue de lire le livre. Et je n'ai pas été déçue car l'écriture de l'auteur est largement à la hauteur de mes attentes. C'est donc également un coup de c½ur pour la version écrite de cette histoire.

            Aibileen et Minny sont deux bonnes Noires qui s'occupent des enfants des Blancs. Aibileen est plus réservée, à un tempérament plus calme que son amie, mais ses ressentiments envers ses patrons et ce qu'elle entend et subit commencent à faire monter en elle une envie de parler. Minny, elle, n'a pas la langue dans sa poche, et s'est fait virer un bon nombre de fois à cause de cela. Mais ça ne l'empêche pas d'être une amie fidèle, prête à risquer énormément pour soutenir Aibileen dans ses projets. Et enfin, Skeeter, jeune Blanche qui rêve de devenir auteur et qui cherche à connaître la vérité sur le départ de Constantine, la femme Noire qui l'a élevée et qu'elle aimait tendrement. Ces trois femmes vont former une alliance plus qu'étrange, considérée contre nature à l'époque de la ségrégation raciale aux États-Unis, très forte dans les états du Sud. Elles vont se mettre à parler, à raconter leurs histoires, les bonnes comme les mauvaises, afin que leurs mots soient révélés au monde.

            C'est un ensemble de trois témoignages fictifs que nous donne l'auteure. Ils sont poignants, très réalistes et sans non-dits. Les faits sont exposés tels quels, et je trouve l'alternance de points de vue très importante. Non seulement il permet de voir l'histoire racontée de différente façon, mais également d'avoir un point de vue de chaque côté de l'Histoire, à cette époque où la différence était mal vue et où chacun vivait « séparés, mais égaux ». L'auteur n'essaie pas de donner une leçon aux lecteurs, elle tente uniquement de nous sensibiliser à cette partie de notre Histoire. De montrer l'ensemble des points de vue, de nous partager des tranches de vies, certaines drôles, d'autres plus tristes, certaines révoltantes et d'autres attendrissantes. Si j'aime ce récit, c'est parce qu'il montre le côté humain des choses. On connaît déjà une grande part de l'histoire, mais aborder les choses sous ce point de vue est intéressant et innovant. Cela nous touche directement, car on s'identifie facilement à Skeeter, par exemple, aux questions qu'elle se pose et à ce qu'elle relève et trouve injuste.

            J'ai littéralement dévoré tous les passages sous le point de vue de Minny. Elle me faisait rire très souvent, même si parfois ça devenait plus dur et me tirait une ou deux grimaces.

            Aibileen est celle que j'ai le plus apprécié, car son histoire est touchante, et j'aime énormément sa personnalité. Elle est forte, garde la tête haute et ne peut empêcher l'espoir de la prendre.

            Mais ce qui marque le plus, c'est qu'outre la partie historique et morale qui se trouve derrière cette histoire, ces trois points de vue permettent de comprendre quelque chose d'important : même si chacune a une vie différente de l'autre, elles se ressemblent beaucoup, dans le fond. Elles ont leur problèmes familiaux, dans leur milieu social, leurs propres doutes, leurs espoirs.

            Je ne sais pas exactement pourquoi cette période m'intéresse le plus. Elle me révolte tout en m'interrogeant : comment avons-nous pu un jour penser ainsi ? Le fait est que la question est toujours d'actualité, dans des situations différentes, parfois similaires, mais je reste dans l'incompréhension la plus totale. Si ce livre, à l'instar d'autres sur le même thème, me plait autant, c'est parce qu'il ne préfère pas un point de vue à un autre. Il ne dit pas : ça c'est bien et ça ça ne l'est pas. Il laisse le soin au lecteur de se forger sa propre opinion, donne des informations qui permettent de mieux saisir la situation. Et la plume de l'auteur est très juste, et d'adapte aux différentes situations avec une grande simplicité et beaucoup de réalisme.

            En bref, c'est un livre très fort, touchant et poignant, que je recommande vivement. C'est un coup de c½ur, autant pour ses personnages complets et complexes, les différents messages qu'il véhicule, la plume délicate et juste de l'auteure.
La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett














***

Chroniques de partenaires : L'Eden des rêves ;



 
La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

« ''Sois gentille avec les petites Noires quand tu seras là-bas'', m'avait dit maman, un jour, et je me souviens de l'avoir regardée avec surprise en disant : ''Pourquoi je ne serais pas gentille ?'' Mais maman ne m'avait pas répondu. »


« La laideur, on l'a en dedans. Être laid, ça veut dire être méchant et faire du mal aux autres. »


« - Elle les voit pas, c'est tout. Les limites, je veux dire. Ni entre elle et moi, ni entre elle et Hilly.
[...]
- Tu parles de quelque chose qui n'existe pas. [...] On les a dans la tête, c'est tout. »

Tags : La Couleur des Sentiments - Kathryn Stockett - Babel Édition - Contemporain - Livres

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.212.30) if someone makes a complaint.

Report abuse