Demain j'arrête, Gilles Legardinier

Demain j'arrête, Gilles Legardinier


Demain j'arrête, Gilles Legardinier

Titre : Demain j'arrête !
Auteur : Gilles Legardinier
Genre : Romance, Humour
Nombre de pages : 398
Éditions : Pocket (Fleuve Noir pour le GF)
Année : 2011
Prix : 7,70 ¤


Demain j'arrête, Gilles Legardinier

Au début, c'est à cause de son nom rigolo que Julie s'est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu'il semble cacher...
Parce qu'elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants...


Demain j'arrête, Gilles Legardinier
Demain j'arrête, Gilles Legardinier

_____Ce livre est une vraie bouffée d'air frais ! Après avoir eu des lectures stressantes et bouleversante, que ça fait du bien de se détendre ainsi ! La plume de Gilles Legardinier est légère et émouvante, drôle et subtile, et c'est un plaisir de parcourir les pages de ce livre !


_____ Nous suivons donc la petite vie tranquille de Julie, qui va nous raconter ce qu'elle a fait de plus idiot dans sa vie. En rentrant d'un séjour chez sa s½ur, elle découvre qu'elle a un nouveau voisin, au nom plutôt hilarant de « Patatras ». Évidemment, cela va éveiller la curieuse qui dort en elle, et va suivre divers petites aventures pour découvrir le visage qui va avec ce nom.

_____Même si l'histoire part d'un fait plutôt banal – un nouveau voisin au nom original –, l'auteur réussit à nous envoûter et nous faire dévorer son roman. Je l'ai lu très rapidement, tellement j'étais prise dans les aventures rocambolesques que va vivre Julie, et qu'elle va faire vivre à ses amis. J'aime beaucoup la petite famille qu'elle s'est composée : ses amis ont des caractères différents et bien marqués, mais tous l'aiment et sont prêt à la suivre dans ses projets, même les plus fous. Je ne compte même plus les fou-rires qui m'ont pris pendant cette lecture. Et surtout, je l'admets, je me suis sentie tellement proche de Julie, que certaines de ses réflexions auraient pu sortir tout droit de mon esprit détraqué... et j'ai adoré ça ! C'était comme partager un moment avec une bonne amie, on compatit à ses péripéties, on a peur, on rit, on s'émeut... bref, tout un cocktail passionnant de sentiments.


_____En bref, si vous voulez vous détendre après une journée difficile, ou que vous avez besoin de voir que vous n'êtes pas les seuls à avoir des problèmes et des pensées déjantées, je vous recommande Demain j'arrête trèèèèèès fortement !

Demain j'arrête, Gilles Legardinier








***

______Ce livre-là, plusieurs m'en ont vanté les mérites. Alors quand je l'ai trouvé au détour d'une brocante, je n'ai pas hésité longtemps. Puis Céline a décidé de me le faire sortir de ma PAL en mars, et j'en suis bien contente, car j'ai beaucoup aimé ma lecture. J'ai surtout bien rigolé, en fait...

______Comme il y a un chat avec un bonnet péruvien sur la couverture, je m'attendais à trouver cet animal dans le bouquin, et en fait, pas du tout : c'est simplement que l'héroïne fait une fixette sur les chats et que sa meilleure amie a porté un bonnet péruvien au cours de l'une de leurs rocambolesques opérations. Le mélange est plutôt sympa et rigolo, il faut le reconnaître.

______Nous faisons donc la rencontre de Julie, bancaire de 28 ans. Un jour, alors qu'elle rentre de son travail, elle découvre le nom de son nouveau voisin sur les boîtes aux lettres de son immeuble : Ricardo Patratras. Ça l'amuse, mais plus que cela, ce nom lui donne envie de s'intéresser à lui. Ridicule, vous dîtes ? Eh bien, attendez de voir ce que Julie prépare pour amadouer Ric... Franchement, y a de quoi rire !

______J'ai bien aimé Julie, ses idées farfelues et ses réflexions parfois complètement loufoques. Elle est drôle, pétillante, ne se prend jamais au sérieux, mais est sacrément déterminée. Et par amour, elle est prête à vraiment tout et n'importe quoi... Je me suis rapidement attachée à elle, mais celle qui m'a le plus plu, c'est Sophie, la meilleure amie de Julie. Elle soutient tout le temps son amie, est toujours là pour lui filer un coup de main, et surtout, elle a toujours une connerie à dire ou à faire. Et ça, j'ai adoré. On peut la trouver niaise au départ, mais en fait, c'est le clown de la bande, et elle m'a énormément fait rire. Je me suis d'ailleurs retrouvée en elle à plusieurs de ses réflexions.

______Et puis nous avons Ric, le fameux voisin. Mignon, aimable, serviable, on a du mal à croire qu'il a quelque chose à cacher. Mais les convictions de Julie vont nous entraîner bien plus loin qu'on ne le pense... Il y a aussi Xavier, l'ami d'enfance de Julie fana de mécanique ; Géraldine, la collègue de Julie un peu nunuche mais sympathique ; Sarah, l'amie de Julie qui n'a d'yeux que pour les pompiers ; Jade, une autre amie, qui ne supporte pas l'alcool et qui est complètement déjantée (et c'est rien d'le dire, croyez-moi...) ; Mohamed, l'épicier un brin envahissant ; et la Mme Bergerot, la boulangère au grand c½ur.

______Dans ce roman, Gilles Legardinier nous fait rencontrer tout un quartier aux ambitions différentes, une bande d'amis qui sont prêts à tout pour aider l'un d'entre eux, que ce soit à se sortir d'une situation délicate ou à réaliser l'un de ses souhaits. J'ai beaucoup aimé l'amitié et l'amour qu'il dépeint, les liens qui les lient tous, et la bonne humeur de chacun. L'intrigue et la plume sont très simples, mais j'ai beaucoup ri tout au long de ma lecture (grâce aux frasques de Julie, Sophie et Jade surtout, je l'avoue).

______En bref, un roman fort sympathique qui contient des personnages réalistes mais un brin frapadingues, une intrigue des plus simples, et un humour décapant. Et glissées par-ci par-là, il y a aussi quelques rappels à propos de la vie qui sont loin d'être idiots... Léger et permettant de rire et de se détendre un peu, Demain j'arrête ! est un roman bon pour le moral, les zygomatiques et les abdominaux.


Demain j'arrête, Gilles Legardinier









***

Chroniques de partenaires : April-the-seven ; L'Eden des Rêves.


Demain j'arrête, Gilles Legardinier

« On gagnerait peut-être à célébrer nos ratages... Plus de podium, plus de fausse gloire, simplement le bonheur d'être vivants, côte à côte. On a probablement plus de regrets que de fiertés à partager. »


« Si chaque rencontre entre deux humains pose autant de problèmes, il est clair que l'on ne va pas se reproduire assez vite pour empêcher les chats de prendre le contrôle de la planète. »


« Est-ce lui qui me fait cet effet-là, ou est-ce que je lui donne autant d'importance parce que je n'ai pas grand-chose d'autre dans ma vie ? »


« On croit connaître son environnement, pourtant parfois il suffit qu'un détail change et vous ne vous doutez pas que c'est toute votre vie qui va y passer. Et ça, on ne le voit jamais venir. »


« Ce qu'il y a de pire dans ce monde, ce ne sont pas les épreuves, ce sont les injustices. »


« Il y a quelque chose de rassurant à grandir près de nos copains d'enfance. On garde le lien avec le passé, on continue ensemble. Peu importe ce que l'on dit ou ce que l'on fait, on est toujours là. »


« Les gens sont beaux quand ils font ce qu'ils aiment. »


« C'est dans l'adversité que l'on découvre la vraie nature des gens. Du fond du trou, on a un point de vue unique et très révélateur sur les âmes. Il ne reste plus alors que deux sortes d'individus autour de vous : ceux qui vous aident, et ceux qui abusent de votre détresse. »


« La mort se tient tout près de nous et elle ne manque jamais de saisir ceux qui passent à sa portée. Sa perte nous a tous fait vieillir. En consolant Natacha pendant des heures, j'ai pris la décision d'aimer les gens tant qu'ils sont là et de leur dire ce que je pense tant qu'ils sont présents. Depuis, je garde un sentiment d'urgence, une peur sourde qui me hante, la crainte que chaque au revoir puisse être un adieu. »


« On devrait toujours se fier aux premières impressions que l'on a sur les gens. »


« C'est fou comme les gens peuvent être différents lorsqu'on les découvre hors de leur cadre habituel. »


« Réfléchir et douter ou se laisser vivre en espérant ne jamais se réveiller. »


« Il faut tout espérer, au risque d'être déçu. Il faut tout éprouver au risque d'être blessé, tout donner au risque d'être volé. Ce qui vaut la peine d'être vécu vous met forcément en danger. »


« J'ai le téléphone en mode vibreur dans une poche arrière. Dès que j'ai la fesse qui vibre, j'espère que c'est Ric. À qui je peux dire ça ? »


« Pourquoi ont-ils ce pouvoir sur nous ? Par quel miracle arrivent-ils à nous faire passer d'un état à un autre en quelques millisecondes ? »


« La nuit est presque tombée. Tout est calme.
- Équipe Radar, tout le monde est en place ?
- Surveillance immeuble : en place. Aucun problème.
- Surveillance jardin public : en place. Aucun problème en vue.
- Surveillance rue : auf..., nit... rut...zingal.
- Sophie, si tu veux qu'on te comprenne, il faut garder le bouton appuyé.
- Quelle quiche je fais !
- Voilà, comme ça, c'est parfait, tout le monde t'a entendue. »


« Je fonce vers Sophie. J'ai l'impression qu'elle sanglote. Mais non. Elle est morte de rire. Elle a quand même du sang plein le front.
- Qu'est-ce qui se passe ? Tu es blessée ?
- Tout va bien. On ne peut pas en dire autant de Jade. Non, mais regarde-la...
- Qu'est-ce qu'elle a fait ?
- Elle s'est attaquée à Brian avec une planche parce qu'elle l'a pris pour un vampire. Je me suis interposée et j'en ai pris un coup aussi...
Je suis consternée. Brian rigole. Il me désigne les deux petites blessures qu'il s'est faites au cou avec la fourchette à saucisses. C'est vrai que ça ressemble à une morsure de vampire... Pauvre Jade, elle a trop regardé la télé. Brian retrousse les babines en m'exhibant ses dents blanches, tel un monstre sanguinaire. Ce qui le rend surtout effrayant, c'est l'½uf de pigeon qui déforme sa tête. Elle n'a pas dû y aller de main morte.
[...]
Brian et Sophie pleurent de rire. Sarah revient en courant avec des compresses et de l'alcool. Je lui prends, les produits des mains :
- Laisse, je vais m'en occuper. Ton mariage était parfait, maintenant il est inoubliable.
Sarah n'est pas décidée à s'en amuser tout de suite.
- Tu te rends compte, prendre un invité pour un vampire ? Elle est malade !
Brian montre à nouveau ses grandes dents en grognant. Sarah se déride :
- Arrête ça, si elle te voit, elle va t'en remettre un coup. Mais où a-t-elle pu trouver sa planche ?
[...]
Le soir, le chanteur est tombé de l'estrade parce que le petit podium s'est à moitié effondré. Maintenant on sait où Jade a pris sa planche. »


« Chaque soir, le monde se divise en deux grandes catégories : ceux qui vont s'endormir comme des marmottes, et les autres qui auront des cernes le lendemain. Chacun son tour, on passe d'un camp à l'autre au gré de nos vies. »


« Je n'ai pas de frère. C'est peut-être pour cela que je tiens tant à mes amis. À défaut d'une grande famille de sang, je me suis construit celle du c½ur. »


« En amour, il vaut parfois mieux laisser son intelligence de côté pour écouter son c½ur. La solution la plus réfléchie est rarement celle qui fait le bonheur. Suis ton instinct. »


« Si on est honnête, on n'aime pas les gens ou les choses par légalité ou logique. Il y a autre chose. Un sentiment irrationnel qui ne se mesure vraiment qu'un jour comme aujourd'hui. »


« L'intelligence est sans doute un facteur important, comme l'éducation et le physique, mais plus que tout, les gens se déterminent grâce à ce qu'ils choisissent librement de faire ou de confier. Le résultat, bien qu'infini, se répartit assez naturellement entre deux grands pôles. À force de voir défiler tout le monde, tous les âges et toutes les conditions, je m'aperçois que l'on peut partager le genre humain entre ceux qui sont faits pour aimer et ceux qui ne comprennent même pas ce que cela veut dire. Les affectifs et les autres. Depuis, je m'amuse à lire les gens à travers ce filtre. Le résultat est étonnant. Il se traduit aussi bien dans la façon d'être que dans la façon d'agir. De la manière dont une personne vous regarde à la façon dont elle traite sa monnaie, tout est un un témoin. Du plus petit bonjour à la porte que l'on referme au nez de celui qui est derrière. Certains ont beau se cacher sous leurs faux airs de dur, ils ont des c½urs en or. D'autres peuvent bien tenter de se faire passer pour des gentils, ils ne pensent qu'à leurs intérêts. Même moi j'ai trouvé ça simpliste au départ ; pourtant, essayez, vous verrez que ça marche. »


« Ce n'est pas quelque chose qui me manque, c'est quelqu'un. »


« - Génial. Comme ça, les flics qui cherchent déjà l'ovni pourront se lancer à la poursuite de la Péruvienne qui trimballe un cadavre. »


« Chaque génération a ses codes, son jargon. Suivant notre âge, on a flashé, vibré, fantasmé, kiffé, ou je ne sais pas quoi encore, sur les mecs. Pourtant, quelles que soient les époques, certains mots n'ont jamais changé, certains termes ne subissent pas l'influence des modes. Adorer, espérer, souffrir, attendre et pleurer. Personne, pas même ces jeunes filles insouciantes, n'ose jouer avec la vérité profonde de notre destin. »


« N'oublie jamais, ma petite, que quels que soient tes malheurs, tu as de la chance parce que tu es vivante et que tout est possible. »


« Je me doute que la vie ne sera pas simple, je sais qu'il y aura toujours des abrutis, des cyniques, des épreuves et des injustices. Je sais que les choses sont rarement comme elles devraient l'être, mais je crois du plus profond de mon âme qu'à nous tous, on doit pouvoir survivre à cette chienne de vie. Portez-vous bien. Aimez. Risquez. Ne renoncez jamais. »

Tags : Gilles Legardinier - Humour - Amitié - Romance - Fleuve Noir - Pocket - Demain j'arrête ! - Livres

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.76.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Partagez-NosLectuures

    30/05/2016

    Il fait parti de mes prochaines lecture

  • Pierre-de-Lune

    26/03/2015

    Je suis super contente que tu aies aimé cette lecture ! Ce roman fait partie de mes préférés, c'est du bonheur à consommer sans modération.
    En tout cas ta chronique est très jolie !

  • Regina-Falange

    07/02/2014

    Je suis bien d'accords ;) je n'ai pas encore écrit ma chronique, j'ai des mois de retard oups ! mais un roman qui fait du bien :)
    ps) HS mais j'adore le fond du blog

Report abuse